Effeuille mes rêves

Mon avenir

L’adoubement approche et je commence vraiment à me poser des tas de questions.

"Ah bon ? Plus que d’habitude ? Je suis pas sûr que ce soit physiologiquement possible..."

Tu as raison, Cerveau, c’est vrai. Pas plus que d’habitude non. Depuis le début, je me demande si j’ai vraiment envie de faire ce métier. Depuis le début, y’a des jours où c’est oui, y’a des jours où c’est non, et tous les jours je me dis que si je ne m’en sens pas capable c’est que la réponse doit être non.
Mais où aller dans ce cas ? Quelle voie pour moi ?

Si je pouvais être payée à rester chez moi et à faire ce que je veux…

Je vous jure que j’y pense. C’est une idée complètement irrationnelle mais je me surprends parfois à y songer sérieusement. Je serais là, chez moi, en train de faire ce dur choix entre lire le dernier livre que j’ai acheté et visionner un bon film bien au chaud dans mon lit en sirotant un thé, et je sais pas comment ça marcherait mais des gens paieraient pour que je continue à faire ça et être heureuse. Je serais libre, tout le temps, j’aurais qu’à sortir de chez moi et juste décider d’aller quelque part et pouf ça se ferait !

Et j’écrirais. Souvent. Et ce n’est pas pour ça qu’on me paierait donc ça pourrait être nul, ça ne serait pas grave !

Et jamais jamais jamais jamais je n’aurais à culpabiliser de vivre ainsi. Parce qu’ailleurs la misère n’existerait pas.

Bon oui je sais c’est tellement utopique qu’on peut même pas utiliser ce mot tellement c’est abusé. Mais quelque part. L’idée reste.

Chez moi, les idées elles sont tenaces. Les bonnes comme les mauvaises, malheureusement. Les mauvaises font d’ailleurs énormément de dégâts.

Je suis partie dans un délire débile, mais je ne pourrais pas vivre ainsi même si tout se passait comme je l’ai imaginé. J’ai ENVIE de travailler. Vraiment.
Mon problème, c’est que je ne sais pas dans quoi. Quel métier. Je n’en sais rien du tout. Parce que j’ai jusque là fait tant de sacrifices… Tout le temps. Depuis que je suis entrée à l’école, j’ai travaillé comme une dingue. Sans direction. Parce que je sentais bien que mentalement il se passait un truc horrible. C’est vrai, je ne romantise rien du tout.

Toujours sacrifier plus de choses.

De plus en plus chaque année.

À partir du moment où tout a commencé à aller mal, où y’a eu un schisme dans ma mécanique cérébrale… tout s’est détérioré. Et les efforts pour rattraper les petits bouts de moi qui s’éparpillaient se sont faits de plus en plus violents et difficiles.

Alors voilà je sais qu’on est beaucoup à travailler dur et à faire des sacrifices, mais j’espère vraiment que je vais être adoubée du premier coup (et diplômée ainsi, aussi, même si c’est pour plus tard).

Ou alors, si vraiment cette voie n’est pas pour moi, que je vais vite comprendre où est ma place. J’en peux plus de patauger dans la semoule, à m’épuiser deux fois plus vite que les autres parce que y’a un problème de transmission hormonale dans mon cerveau et que je n’arrive pas à me fixer ni à me rappeler de tout.

Je suis au climax de l’accumulation d’efforts et de tension que j’ai fournie dans ma vie. Maintenant, faut du résultat ! J’espère vraiment qu’il va se passer des trucs cools dans ma vie maintenant.

Tiens d’ailleurs, rien à voir mais j’ai fait un rêve super intéressant y’a deux jours.

Je ne me souviens plus des détails parce que je ne l’ai pas noté. Moi et ma famille on avançait tous ensemble vers… un endroit important. Y’avait des obstacles sur notre chemin, mais je m’en occupais facilement (avec ma magie, comme d’hab').
Et puis un monsieur très pieux et puissant s’est approché de nous. Il nous barrait la route, nous disait que ce que je faisais était contraire à j’saispastropquoi de religieux et de très important pour les autres et la planète.
Et là, moi, j’ai tendu le bras vers lui. Et je sentais que c’était Dieu qui me guidait : Il a fait jaillir une magnifique lumière blanche de ma main qui a touché le monsieur. Il avait les cheveux gris et pas de barbe et quand la lumière l’a touché, il a gardé sa couleur de cheveux mais de loooongs filaments blancs lumineux sont sortis de son menton. Je les ai tressés et la lumière a arrêté de sortir de ma main : elle s’est stabilisée dans la forme que je lui avais donné, et elle s’est transformée en barbe sur cet homme. Comme ça, par la différence de couleur entre cheveux/barbe, il avait la preuve que j’étais envoyée de Dieu. Enfin pas une envoyée… une extension. Il était marqué comme quoi je faisais le bien. Alors il était complètement émerveillé et a ensuite dit qu’il dirait à la planète entière que je suis quelqu’un de bon et qu’il fallait me suivre.

Bon voilà. Je ne veux pas de problème avec qui que ce soit parce que ça parle de Dieu, hein ! J’ai rien contre les religions, je respecte les croyants ET leurs croyances… Donc voilà. C’était juste un rêve.

Mais je me sentais vachement bien après !