Effeuille mes rêves

No comprendo

Je viens d’apprendre un truc qui m’a trop choquée.

Vous allez vous foutre de moi mais… je ne savais pas que les Aryens ça existait encore…

Pareil pour les nazis. Je pensais que quand Hitler était mort bah… ça avait éteint le mouvement avec lui. Que les gens qui croyaient ces choses étaient ensuite morts à leur tour mais qu’après plus personne n’y avait pensé.

Oui, je sais, c’est pas futé de ma part… J’étais vraiment pas passionnée par l’Histoire en plus (ce que je regrette aujourd’hui), donc si le prof y a fait allusion bah j’ai pas fait gaffe.

Ma famille dit que je suis trop naïve. J’ai l’habitude de leur rétorquer que non, c’est juste que je sais que les gens sont bons au fond. Mais quand j’entends encore qu’il y a plein d’agressions homophobes de partout, que y’a REELLEMENT des gens qui occupent toute une partie de leur vie à emmerder ou à manifester contre les homosexuels…

Je suis sciée.

Je sais bien sûr que l’homophobie existe mais… je n’arrive vraiment pas à comprendre…

Mais vraiment.

J’essaie de me mettre à la place des gens qui sont concernés mais je n’arrive pas à imaginer quels puissent être leurs arguments.

Pardon si mes propos sont stupides. Je suis incapable de regarder les infos. Mes pulsions suicidaires me reprennent quand je le fais, plus fort que ce qu’il est humainement tolérable.
Quand je vois certaines pubs et ce qu’on fait de l’image de la femme par moments aussi mais bon c’est un autre débat.

Je ne veux pas débattre. C’est juste une pensée perdue de plus diluée dans ce journal. Je ne comprends pas une bonne partie de la population humaine.

J’comprends pas pourquoi les gens n’ont pas d’amour ni de respect pour tous les autres. Ou pour eux-mêmes parfois, pour leur propre corps…
Bien sûr, les rivalités, les embrouilles, tout ça, c’est humain, ça oui je comprends. Mais on peut être humain, s’énerver, ressentir des choses fortes et pas toujours faciles, mais rester… ben humain, justement. Ou du moins ce que l’humain est censé être aujourd’hui en 2014.

Mais tout ça me semble en fait d’une évidence monstrueuse. Et vu que ce n’est pas comme ça que ça se passe, je me dis que ça doit être moi l’idiote. Que j’ai dû rater un truc.