Effeuille mes rêves

Nouveau psychiatre

Je vais rentrer au studio, là.

Je ne suis pas rassurée mais je me sens plus prête à assumer cette nouvelle semaine que ce matin où j’avais pas envie de travailler encore, juste de me blottir dans mon lit, de laisser passer le temps, de me réfugier dans le cocon protecteur de la maison. Ce que j’ai fait ce week-end où je n’ai globalement rien foutu. J’exagère un peu mais voilà. Je suis par moments comme une enfant, une stupide petite enfant effrayée.
Je n’ai pas de retard donc ça va mais faudrait pas que ça devienne une habitude. Le cours-de-la-mort-qui-tue-super-dur-qui-est-mon-défi-de-l’année va pas se réviser tout seul.

Bref.

Le psychiatre (alias le "médecin légiste de la carcasse qui reste de moi" vu que je me considère comme plus vraiment en vie depuis quelques jours) que j’ai vu en urgence m’a donné un nouveau médoc. Un truc moins fort que le Lexomil mais à prendre régulièrement. On verra ce que ça donne.
J’l’aime bien. On m’a dit qu’il était froid mais je pense que c’est plus de la concentration. Il est à fond dans ses réflexions et ça impressionne un peu, mais sinon avant et après il est sympa !
Ah et important : il m’a expliqué que ce n’est pas une rechute, ce qui m’arrive. Je ne replonge pas dans la dépression. C’est juste que j’ai très peur.

Je suis contente d’avoir ce nouveau médicament. Demain y’a le cours qui m’angoisse, avec Jareth en bonus, j’en aurai besoin. Croisez les doigts pour moi.

Haaaaan ! Par contre je viens de m’apercevoir que j’ai oublié ma carte vitale à la pharmacie ! !

Oups.