Effeuille mes rêves

Pense à couscous

Les mots m’éneeeeeeeeervent.

Ces traîtres. Je travaille régulièrement avec des personnes, qui JE LE SENS, se posent les mêmes questions ou au moins vivent les mêmes moments difficiles que ceux que j’ai vécu… Que vivent tous les êtres humains, en réalité, même si l’environnement et l’histoire autour est toujours différente.

Bon sang, j’aimerais tellement leur DIRE ça. Que je comprends. Que j’ai compris. Qu’on s’en sort ! Qu’on est pareils - ô frère et sœur de l’humanité qui partageons une identique et éprouvante expérience différente-mais-presque-pareille : la vie.

Je comprends ce que tu ressens. Je comprends pourquoi tu te questionnes. Mais j’ai pas de mots.

Grrrrrr.

Leur dire, à tous ces humains magnifiques, qu’il n’y a pas de méthode universelle. Les thérapeutes n’aident pas : ils accompagnent. C’est soi-même qui prend le traitement, qui fait des efforts tous les jours, qui réapprend à vivre. On a toujours la solution en nous blablabla voilà ça devient niais et ça ne transmet rien.

Pendant trente secondes je me suis imaginé (pour le plaisir pur de formuler des hypothèses improbables, évidemment) donner une espèce de petite carte. Avec le nom du site. "Vieeeeens parmi nous. On t’aidera. Te comprendra. Tu verras d’autres gens. D’autres façons de penser ; c’est-à-dire d’autres options. Vieeeeeeens". Ça n’a aucun sens hein. Quoiqu’éventuellement on pourrait un jour faire un méga condensé de toutes nos expériences et en faire un livre avec les leçons tirées et en faire un livre qui deviendrait tellement apprécié qu’après la troisième guerre mondiale ce sera le seul de référence et d’ici un millier d’années nos descendants croiront que l’histoire est vraie et oublieront la Bible et compagnie et nous vénèreront.

Les gars, je vous le dis direct : j’ai le rôle de Jésus.

J’vais marquer ça sur la petite carte que je donnerai aux gens que je rencontre au travail. Signée… Ah ben non, pas Jésus. On confondrait, on n’est pas encore dans le futur où cette référence a disparu.

Renommage donc. Je serais… Juscous. "Rrrrrrrr"ouscous, prononcé à l’espagnol.

Pourquoi ? Aucune logique. Et zut, il est 18h20 déjà ! J’ai fini en avance et je comptais en profiter pour faire plein de trucs… Mais non. J’ai déliré sur ... (Non je n’écrirai pas ce nom une fois encore je n’ai pas assez de force morale pour éviter de repartir là-dessus).

Et puis bon. La petite carte. Dans ma petite école avec plein plein de grosses histoires. Forcément, au bout d’un moment, mon directeur me chopperait. Et alors là…

"ALORS COMME ÇA MOI JE SUIS SCHIZOPHRÈNE ?? ? VOUS VOULEZ UN CAFÉ ? Bien. Hihihi parlons de ce mystérieux Jareth !".

Pffffff… Si j’avais de la dignité, je ne publierai pas cet écrit. Je ne sais pas ce qui m’a mise dans cet état… Mais j’ai honte. Bon. Comment on combat la honte d’être ce que l’on est ?

En appuyant sur le bouton "publier" ! ... !  !  !