Effeuille mes rêves

Plus jamais

Contre toute attente, il est possible que je l’aie reçu, mon fameux signe.

Mais alors d’une manière vraiment étrange et… tordue.

Je crois que le message c’est de ne pas toujours me fier aux… bon, maintenant que je vais l’écrire, ça va sembler évident. Ne pas toujours me fier aux "voix" dans ma tête.
Ne pas confondre instinct/intuition et… parasites.
Mes pensées ne m’appartiennent pas toutes. Dans le sens où dedans, il y a un gros fouillis de préjugés que j’ai entendu, de pensées toutes prêtes qu’on m’a servi pendant des années (pas qu’à moi d’ailleurs mais ça c’est un autre débat), de dérivations, d’abominations parfois, que j’ai récolté en grandissant. Pas des trucs qui viennent de moi. Des trucs que j’ai entendu à droite à gauche et qui m’ont parfois choquée. Des trucs que j’ai donc retenu malgré moi ; bien évidemment sans y CROIRE une seule seconde, mais ces trucs sont là quand même.

Parce que ce sont des trucs qui existent.

Même si je ne suis pas d’accord avec ces idées. On peut prendre un exemple : le racisme. On sait tous que le racisme existe, on a la notion dans la tête là pour reconnaître la chose, mais on adhère pas forcément à ces idées.

Je sais pas si j’arrive à me faire comprendre ?

Je me suis souvenue de cette croyance. Qui date de quand j’étais petite. De quelque chose que je pensais devoir faire plus tard quand je serai plus âgée.

Or l’occasion s’est présentée. Mais j’ai senti que quelque chose clochait. C’était pas aussi simple que ça, j’ai beaucoup culpabilisé sur le coup, mais finalement il s’est avéré que j’ai eu raison de ne pas suivre mon "intuition" qui a été faussée en me renvoyant ce vieux souvenir pas adapté du tout à la situation. Presque dangereux.

J’sais pas trop quoi en faire de ce souvenir. Il m’a blessée. J’aurais pu être dans une grosse galère à cause de lui. Techniquement, je ne le saurai jamais, car ayant repoussé l’opportunité je ne saurai jamais réellement si je me suis plantée ou pas, mais ce qui est sûr c’est que j’aurais dû renoncer à pas mal de principes et même à quelques rêves pour ça. Ce qui est toujours très mauvais signe.

J’ai la tête à bloc. J’ai beaucoup travaillé ces derniers jours. Je m’épuise vite.

Mais parallèlement à ça, j’ai compris une leçon là où je ne ressentais que de la souffrance. Je ne suis pas obligée de me donner pour aider. Mes rêves sont plus forts que ça. Ils sont comme un bouclier et même en n’étant que des idées qui se promènent dans ma tête, ils ont réussi à me protéger d’une "menace" bien réelle.

Je ne douterai plus jamais de mes rêves.