Effeuille mes rêves

Pompes

Je me sens ragaillardie aujourd’hui.

Mieux dans mes pompes. J’essaie vraiment de sortir de cette routine sadique que j’ai inconsciemment instauré au fur à mesure que mon malaise croissait dans les années précédentes. Je sais que c’est chiant à lire (à vivre ça l’est aussi d’ailleurs), je ne veux pas être réduite à ça.
J’ai conscience que je ne peux pas tout faire à 100% toute seule. J’espère encore que la main tendue se manifestera bientôt. Mais je prépare le terrain de mon mieux, en attendant le déclic, quelle que soit la forme qu’il choisisse de prendre. Je t’attends. Ne me déçois pas.

Je ne vois pas pourquoi les choses empireraient de toute façon. Alors on peut supposer qu’elles ne pourront qu’aller mieux.

J’ai un peu peur en disant ça que ça ne me porte la poisse. Mais y’a pas de raison ! Je suis forte maintenant, je ne suis plus soumise à la moindre petite idée négative qui me traverse l’esprit. J’ai dépassé ça.

N’est-ce pas ?

Bref.

J’ai commencé une cure de radis noir pour mon foie. C’est absolument dégoûtant alors ça a vraiment intérêt à marcher !

Je suis toujours très fatiguée, même quand je sèche pour dormir, et ça m’inquiète un peu. Mais ça aussi ça va s’arranger. J’ai fait le plus dur (du moins jusqu’aux vacances) je crois. La fin de l’année en revanche va être… non, il vaut mieux que je n’y pense pas pour le moment.