Effeuille mes rêves

Premier

Trop motivée ce matin ! !

J’ai la patate, sérieux. Ça commence bien.
J’crois que c’est la première année depuis mon adolescence où je me sens comme ça un premier janvier : ça me plaît !

J’me suis réveillée vachement tôt, genre vers sept heures. Et j’me suis jetée sur le boulot, dans la bonne humeur.
Je fais une pause, là. J’ai fait à peu près la moitié de mon programme du jour ! Et c’est pas un cours facile en plus.

Bon, j’avais prévu le coup, quand même. Pas d’excès hier soir : pas d’excès niveau bouffe, et zéro alcool (un fond de coupe de champagne à minuit mais bon vraiment pas de quoi sentir quoi que ce soit) avec méfiance extrême sur la route à cause des cachets qui m’endorment à partir de dix heures. Je me suis arrangée pour être de retour chez moi et me coucher juste un peu avant deux heures du matin parce que je voulais pas me priver de sommeil et perdre le reste de la journée. J’ai profité de la soirée mais j’ai été plus que raisonnable, sur tous les plans : en me comportant le plus sérieusement possible, j’espère que mes efforts vont payer. Poursuivez l’excellence et le succès sera au rendez-vous, c’est une phrase que j’ai entendue dans le dernier Bollywood que j’ai vu (3 idiots, mon préféré à ce jour) et je l’ai peut-être déjà citée ? Quoi qu’il en soit, elle me motive, et est devenue mon leitmotiv depuis quelques temps.

Je suis à fond dans mes études. Ça veut pas dire que je ne fais que ça, mais juste que ce que je fais je le fais avec… ouais, je crois bien que c’est de la passion.

C’est exactement ce que je voulais.

Quant à la soirée elle-même, elle était plutôt sympa.
Les filles ont été aux petits soins pour moi, ça m’a touchée. Paula n’était pas là et personne ne m’a balancée la moindre pique amère, personne ne m’a faite me sentir à côté de la plaque, ou complètement minable. Les filles ont été compréhensives, ne m’ont pas jugée quand j’ai dit que je partirai tôt, elles m’ont même dit qu’au moindre souci je devais les appeler.
Elles sont adorables. Je les adore. C’est dingue que paralysée par l’influence et la peur de Paula je ne m’en sois pas rendue compte avant.

Je n’ai pas ressenti cette sensation de vide et de dégoût comme j’ai déjà pu la ressentir auparavant, dans d’autres sorties.
J’me suis pas toujours sentie super à l’aise - j’ai raté plein de trucs, plein de moments à partager avec elles pendant que j’étais mal ces derniers années - mais franchement j’ai été agréablement surprise de ce bilan émotionnel positif.

Ne dites pas que c’est moi qui vous l’ai dit mais j’ai bien fait d’y aller.
Heureusement qu’on m’y a poussée.
Et je ne suis pas arrivée en retard !

Je viens de voir que mon père m’a envoyée une carte virtuelle, avec une petite fée de Noël.
Je vais l’appeler pour le remercier, il est génial !