Effeuille mes rêves

Prends les armes

Je viens d’avoir la trouille de ma vie !

J’étais tranquille en train de me reposer, seule dans l’appart' de ma mère, quand soudain la porte s’ouvre et j’entends deux grosses voix masculines résonner. Et s’avancer dans ma direction.
Mon premier réflexe, consciente d’être en pyjama très très TRÈS léger, est de me cacher dans ma chambre. Et là, je cherche une arme des yeux et pas moyen de trouver. J’en profite pour faire une aparté et noter que dès demain je cache une arme dans ma chambre. Ah mais attendez je suis bête ! J’ai une arme : un tournevis, dans mon tiroir. Pffff et c’est maintenant que j’y pense, sérieux… Bon, alors je note : dès demain je colle un post-it sur mon bureau : "Tu as un tournevis qui peut servir d’arme dans le tiroir de ton bureau". Voilà.

Bref. Au final, c’était juste mon frère qui était sorti qui est revenu avec un copain pour récupérer je-ne-sais-quoi et repartir.

Il m’a foutu une sacré trouille sur le moment ! Je l’ai pas reconnu tout de suite. Rapidement mais y’a eu un instant de gros doute quand même.
Pas la trouille de ma vie, d’accord, mais j’ai flippé.

Il m’a demandé si j’avais mangé. J’entendais son pote derrière qui disait : "oh c’est mignon !". Et qui rigolait. Si c’est un cambrioleur, il a un rire pas crédible du tout. Donc j’en ai conclu que mon frère n’était pas son prisonnier.

Je me suis enfermée maintenant. C’est arrivé le seul soir où je ferme pas la porte à clé, c’est marrant. Moi qui vérifie toujours trois mille fois si tout est bien verrouillé.

Le plus drôle… enfin, "drôle". Ça va pas vous faire rire je vous préviens. Mais je le dis quand même. Ma mère m’a envoyé un texto pour me dire qu’elle arrivait, et je lui ai répondu : "Fais vite. Ton fils a ramené secrètement un homme à la maison". Elle m’a répondu "QUOI ???!!!", haha, j’imagine sa tête !
Oui, bon OK c’est pas drôle du tout, j’avais dit, mais je m’en fous j’en rigole quand même !

J’ai échappé à un meurtre après tout.

Bon et puis sinon je suis en train de traquer un moustique mutant qui résiste au produit diffuseur de tue-moustique. Il m’a déjà piquée deux fois cet empaffé.
Mon tournevis est vaincu pour le coup.

Je vais enfin pouvoir dormir. Je suis dans un état de fatigue à peine descriptible, j’en arrivais à un point où je n’arrivais plus à travailler le soir. Faut voir les horaires de fou qu’on a et les cours de fous aussi. Petite semaine de vacances et la reprise va être encore plus pire !
Mais on verra sur le coup. Pour l’instant, je dois juste dormir.