Effeuille mes rêves

Question question question question question

Liste de reconversions professionnelles possibles :

    1) Tueuse à gage. Histoire de me défouler de toute cette colère/frustration en moi.

    2) Tueuse à gage scolaire (inclue l’option "justicière et pourfendeuse de harcèlement écolier").

    3) Chasseuse de cyber-criminelle (OUIIIIII SpyHunter, tu peux trembler !! ! J’ai peut-être tout perdu alors je suis très aigrie maintenant et ça m’a rendue exxxxxxtrêmement rancunière !)

    4) Oh allez, franchement… tu peux même pas en trouver cinq ? ?

    5) La réponse se trouverait-elle sur JI ?

    Qu’est-ce que mon journal m’apprend sur mes compétences ? Mis à part mon goût excessivement prononcé et dangereux à parler de ma petite personne ?

    6) Sérieusement, j’avais songé à soprologue. Mais ça ne m’a absolument pas aidée, moi, quand j’en ai eu besoin. Puis-je réellement m’investir dans un métier (un métier au contact des gens, destiné à les aider et les soulager) si je n’y crois pas ?

    7) Détective privée ! Je suis la fille la moins discrète de la planète quand il s’agit de cacher un truc à quelqu’un (a fortiori ma propre personne). Volontairement je veux dire. Du coup, PERSONNE ne pourrait me soupçonner.

Je réfléchis sérieusement, mais tous les trucs qui me branchent me demandent un réinvestissement de temps au moins égal à ce que j’ai perdu jusqu’ici… (Cinq ans).
J’ai toujours dit qu’on n’avait pas à culpabiliser de faire des études longues. Les médecins sont diplômés autour de vingt-cinq ans il me semble… si ce n’est plus. J’ai une amie qui flippe parce que toutes ses connaissances du lycée ont un travail, et elle est toujours dans ses études.

Je commence à flipper moi aussi. Je ne sais plus quoi penser. Toute cette histoire… ça n’a l’air de rien. Mais ça remet TOUT en cause.

Je ne peux pas tout reprendre à zéro.

Mais alors… tout ce travail… ces années de sacrifices en tout genre, depuis le collège… pour rien ?