Effeuille mes rêves

Rêver de mathématiques = ... ?

J’ai fait un rêve étrange cette nuit.

J’étais dans une université (une vraie), en section maths. Je déteeeeeeste les maths, et dans mon rêve, c’était toujours le cas sauf qu’ils constituaient ma seule et unique filière, toutes mes études donc. Je devais serrer les dents et réussir.

Mais comme d’habitude, comme dans 90% de mes rêves, j’avais des pouvoirs magiques. Alors je bidouillais des combines pour m’en sortir malgré mon prodigieux ennui et mon agacement sans fin face à cette matière qui me demeure toujours aussi impénétrable.

C’était très simple d’utiliser mes pouvoirs, je les maîtrisais bien et personne ne se rendait compte de rien.
En fait, je me souviens vachement bien de ce rêve (le petit rituel que j’ai trouvé sur Internet a l’air de très bien marcher !) :

    J’entre dans la salle de cours avec mon sac, mes cahiers, mes affaires. Tranquillement. Je songe au fait que je n’aime pas les maths, simplement, et qu’il faut cependant que je travaille. Donc je m’assoie au fond de la classe, je sors mes cahiers, et j’écoute le prof corriger les exercices qu’il nous avait donné à faire.

    Pendant ce temps, je regarde ce que moi j’ai écrit tout en sachant que je n’ai pas réussi à faire lesdits exercices, j’ai écrit quelques chiffres sur mes feuilles en un semblant de réponse mais je sais très bien que c’est faux. Et ça ne me fait ni chaud ni froid : une fois que le prof a donné la correction, je passe ma main au-dessus et tout se corrige tout seul.

    Puis le prof m’interroge. Au tableau. Sans me démonter, je prends mon cahier avec moi et au tableau je tente de gagner du temps en dessinant des cercles sous le prétexte que ça m’aidera à mieux présenter l’exercice. Mais je 'arrive pas à dessiner ces fichus cercles comme je veux. Et le temps commence à être long, le prof s’impatiente… Alors je refais une dernière fois mes cercles à la va-vite et j’inscris les faux résultats puis je commence à passer ma main à ras du tableau pour les corriger par magie. Les trois premiers se corrigent, le prof est surpris que j’aie réussi mais satisfait, mais le quatrième ne bouge pas. Ce qui n’est pas normal. Le prof me renvoie à ma place et finit de corriger l’exo.

    Et là, je me rends compte que j’en ai marre de rester dans cette salle. Cette matière me saoule trop. Alors soudainement… je me mets à cracher du sang. Presque suivant ma volonté. Je range toutes mes affaires, dans l’urgence, je me lève, je montre au professeur ma main ensanglantée en demandant si je peux partir. Il dit oui, je m’en vais.

Voilà…

Au début, quand je me suis réveillée, j’ai paniqué parce que je me suis dit que ça devait vouloir dire clairement que ma filière actuelle ne me plaisait pas et que plutôt de trouver tout un tas de subterfuges (représentés dans mon rêve par la magie) pour me forcer à m’en sortir malgré tout, je ferais mieux de me barrer.
Parce qu’en ouvrant les yeux, j’ai réfléchi et je me suis demandé pourquoi au lieu de me casser les pieds à apprendre les maths, je ne m’en allais tout simplement pas faire autre chose ? C’est pas comme si le reste de mes possibilités oniriques étaient inintéressantes en plus !

Donc ouais j’ai vraiment balisé pendant un moment. Est-ce que ça veut dire que je dois arrêter mes études actuelles ?

Mais bon en réfléchissant un peu… ce que je ressens pour les maths et ce que je ressens pour ce que j’étudie actuellement, ça n’a RIEN à voir. Alors peut-on faire un parallèle ?
Les maths, c’est vraiment la nature de la chose qui me posait problème. Je n’y arrivais pas du tout. Alors que mes études réelles… je souffre à cause de la quantité monstrueuse de choses à apprendre - et aussi avouons-le parce que je suis une saleté de perfectionniste qui s’en rajoute toujours plus et multiplie la pression, et ce sous toutes les formes qu’on puisse imaginer.

Je pense souvent au métier de libraire. Ça me fait rêver… Quand je rencontre des libraires, je ne peux pas m’empêcher de me dire : "Wow, la chance !". Mais j’idéalise sûrement. Je m’étais déjà renseignée et je m’étais déjà dit que ma filière me correspondait mieux.
C’est un débat que j’ai déjà eu avec moi-même. Déjà clos. Mais le problème avec moi c’est que quand j’ai une idée en tête… et même si c’est une connerie.

Bon du coup, je me suis tournée vers les dictionnaires de rêves :

  • Un tableau noir dans une salle de cours : des changements importants dans un délai très court.

  • Si quelque chose est écrit sur le tableau : à ce jour, vous trouverez un courrier fort intéressant dans votre boîte aux lettres.

  • Vous écrivez au tableau en vous adressant à plusieurs personnes : vos tribulations auront des retombées positives pour vous et vos proches.

  • Que l’on voit : on apprendra bientôt quelque chose à ses dépens.

  • Sur lequel on écrit : il y a quelque chose qu’on n’apprendra jamais ; on subira de ce fait à nouveau un dommage.

  • Que l’on essuie (quand j’effaçais et recommençais mes cercles plusieurs fois) : on entreprendra quelque chose avec plus de réflexion que la dernière fois.

Bon, déjà là y’a quelques contradictions… Pas facile de s’y retrouver. Je marque vraiment tout tout tout ce que j’ai trouvé.

  • Avoir du sang sur le main : un triomphe sur vos adversaires.

  • Rêver de cracher du sang : signe de souffrance intérieure.

    (Et attention celui-là c’est écrit que c’est "selon Nostradamus" siouplé ! "Si vous crachez du sang c’est également un bon signe pour les gens peu fortunés". Ok, si tu le dis Nono...).

  • Rêver de magie symbolise l’émerveillement et l’adresse, indique que le rêveur tente d’observer les choses, d’une façon différente, ou de de contourner un problème qui le tracasse.

Et enfin (!!!) :

  • Apprendre les mathématiques : vous arriverez à la grande richesse.

J’essaie maintenant de faire des liens et tout mais je dois avouer que je suis bien bien embrouillée. Finalement, ça doit simplement être mon cerveau qui fait un amalgame de tout ce qu’il a pensé ces derniers jours… et moi je bugue sur le "OMD mais est-ce que je dois changer de filière alors ??!", mais comme d’habitude…

J’ai peur de m’entêter dans quelque chose qui m’apportera du malheur à long terme… Je sais que dans la vie on patauge un peu avant de savoir ce qu’on veut vraiment, et que ce n’est pas parce que je ne suis pas sur un petit nuage dès que j’ouvre un cahier que cette filière n’est pas faite pour moi.

Rho fais ch!er. C’est compliqué d’être… vivant ! J’vais me laver !