Effeuille mes rêves

Rêves ambigus

Mes rêves en ce moment sont étranges. Pas reposants. Comme s’ils essayaient tous de me faire passer un message différent, mais de manière décousue. J’ai énormément de mal à les déchiffrer car à chaque fois je trouve deux significations possibles.
Je pense que - rien de nouveau - le problème est que je me prends trop la tête. Peut-être qu’ils tentent de me faire comprendre ça aussi. Comme avec les sms de Sonny, je vois des ambiguités là où il n’y en a pas. Le rêve où j’apprenais que tout le monde détestait mon mal-être et non moi, par exemple, j’en ai parlé à ma psy et elle avait été ravie : elle avait affirmé que c’était un excellent rêve, très positif, qui signifiait ce qu’il énonçait clairement, les gens ne me détestent pas MOI réellement, mon mal-être (et moi-même parfois) met des barrières entre eux et moi et ce sont ces barrières qui les éloignent généralement.
Pourtant, je conservai toujours sur le coup un petit sentiment de gêne. Et c’est ce même sentiment qui me fait douter à chaque fois.

Le rêve de cette nuit, lui, était au sujet de mon travail. Quelqu’un - je ne me rappelle plus qui… peut-être ma cousine - me hurlait littéralement de bosser mes cours de seconde année pour avoir de l’avance à la rentrée. Mais moi je rétorquais tranquillement, avec assurance, que ma stratégie était la bonne : réviser les gros trucs de première année car j’ai depuis oublié beaucoup de trucs et je n’aurai plus le temps de m’y replonger ensuite.
Si je prends mon rêve au pied de la lettre, je n’ai pas à me creuser plus la tête. L’ennui, c’est que je ressens là encore une sensation de "non accomplissement", comme si le message n’avait pas été parfaitement délivré. Et si ma cousine était représentée par mon inconscient pour me donner un bon conseil ? Et si c’était moi qui était trop têtue ?

Je ne sais pas quoi en penser.

J’ai aussi fait un autre rêve cette nuit. Super, celui-là ! Il n’a pas su effacer l’impression du premier, mais pas grave, il l’a atténuée tout de même. C’était un de mes rêves d’enfant : tous les personnages de Disney prenaient vie et veillaient sur moi dans mon quotidien. J’étais à la campagne (à l’Antroom pour ceux qui suivent mon journal depuis ses premières versions) et toute ma famille était là. Il se passait des petites histoires, beaucoup de petites aventures à la Indiana Jones, et je m’amusais comme une folle à tenter de les résoudre.
Toujours épaulée. Il y avait toujours quelqu’un là pour moi à un coin de rue, même dans les endroits les plus improbables. J’étais jamais complètement seule, il y avait forcément quelqu’un qui m’aimait quelque part. Je ne suis pas sûre de ce que ce rêve signifie. Je crois que j’en ai rêvé parce qu’à la plage, hier, j’ai pas pu m’empêcher de dire d’un air excité et volontairement enfantin à Paula (qui est venue au dernier moment) : "OH, regarde la gamine là-bas elle a un maillot Disney ! J’veux le mêêêême !". Bien sûr, c’était une plaisanterie (il était tout rose, vous imaginez...), mais elle m’a quand même répliqué d’un ton "je te casse ton délire" cette phrase qui me saoûle pronfondément parce qu’elle revient toujours : "Tu crois pas que t’es un peu grande maintenant ? Qu’il faudrait passer à autre chose ?".
C’est pas faux, mais non je ne crois pas.

Un petit mot sur comment ça s’est passé hier, quand même. Ben en fait, ça allait. Je suis pas allée spontanément vers les amis de C. mais j’étais pas totalement asociale non plus. J’ai des progrès à faire, ça c’est sûr, mais j’aurais tout le temps à la rentrer pour aller vers des gens que je ne connais pas…
D’ailleurs elle m’angoisse, la rentrée, pour cette raison. Mais il faudra bien que j’y passe alors bon.