Effeuille mes rêves

Rien

Bon bah ça y est, j’ai le moral dans les chaussettes pour les dix jours à venir.

Après mon écrit de tout à l’heure, j’ai voulu regarder un bout de film pour me changer les idées. Un film où ça chante, forcément, vu que j’adore ça.
Et y’avait une fille qui chantait tellement bien… exactement avec le genre de voix que je rêve d’avoir…

J’me suis sentie minable en l’écoutant.
Bon d’abord j’ai kiffé. J’étais hyper émue et émerveillée.

Mais ensuite, je me suis rappelée que je prenais des cours de chant depuis trois ans et que ma voix avait toujours autant de justesse et de grâce qu’une truie en train de roter l’alphabet.

Je m’en fous d’être une star, c’est pas ça que je veux. Juste chanter pour moi. Mais si je n’y suis pas arrivée jusqu’à maintenant, pourquoi ça changerait un jour ?

Pourquoi JE changerais un jour alors qu’avec toutes ces thérapies et ce travail foutus en l’air déjà rien n’a bougé ?

Faut que je me rende à l’évidence, je dois être figée dans cette médiocrité qui me caractérise.

J’vois pas d’autre explication.

Je suis née pour être une moins que rien, bonne à rien.

Et je culpabilise à mort, en plus, à force de lire des trucs comme "on attire dans sa vie ce qu’on pense dans sa tête". J’essaie de me forcer à penser du bien de moi, mais toujours au bout d’un moment le masque retombe. Toujours. Encore une fois, j’ai tenté l’optimisme, et encore une fois il m’a plongé un couteau dans le cœur.

Je me méprise tellement. Je me hais à 300%. Je n’ai aucun talent et aucune qualité réelle, que des illusions que les gens ne vont pas tarder à remarquer - et ils me laisseront tous tomber quand ils le feront, comment les en blâmer ?

Si je n’étais pas chez ma mère, avec mon frère si observateur, je me scarifierais à nouveau. Je m’ouvrirais le bras pour faire sortir cette merde qui circule dans mon sang, qui me remplit à l’intérieur.