Effeuille mes rêves

S'pas

J’ai passé mon week-end sous Lexomil.

La crise d’angoisse de vendredi m’a terrifiée.
Et si je replongeais ? Et si tout était à recommencer ? Et si jamais je ne trouvais la paix ?

J’en prenais le soir pour éviter d’avoir ces angoisses matinales brèves qui me prennent en ce moment, sans que je sache pourquoi.

J’veux éliminer toute trace susceptible de me faire retomber d’ici vendredi, prochain cours difficile.

Je me sens bête et minable d’être ainsi.
Impuissante. Incapable de se relever une bonne fois pour toutes et de marcher la tête haute pour conquérir le monde avec la fougue de ma jeunesse. Non, moi je baisse les yeux tout le temps, je trébuche et je me casse la gueule, et j’ai l’air vieille avant l’heure.

J’ai récupéré les coordonnées d’une psychanalyste qui fait de la psychogénéalogie.
C’est ce que ma mère avait essayé quand elle n’allait pas bien. Elle pète le feu aujourd’hui.

Au début, j’étais réticente parce que la psychogénéalogie… je n’y croyais pas pour tout vous dire.
Mais ma mère est à fond dedans. Elle a acheté plein de livres sur le sujet. J’en ai feuilleté un hier et ça m’a paru intéressant, et pas si farfelu que ça.

Et je stagne en ce moment avec ma psychologue. Enfin, ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue, mais les dernières séances c’était plus de la routine que de la véritable thérapie. Oui grâce à elle je comprends des choses mais mes blocages sont toujours là, et je sens que y’a quelque chose qui cloche du coup.

Je vais tenter donc. Je ne sais pas quand car je n’ai pas la moindre possibilité de souffler pendant la semaine !

D’ailleurs ça me stresse. Si je refais un burn-out… c’est qu’on a tellement de travail ! Et encore, je ne travaille pas assez moi !

Enfin bref, ce sont surtout les cours difficiles qui me font grincer des dents. Deux par semaine, pour l’instant, puis trois. La même journée en général.
Ce qui m’emmerde c’est que les TD je devrais adorer ça. Mais vu que je flippe pour des conneries qui n’ont rien à voir avec le cours lui-même, bah je suis bonne à rien.

C’est impossible que je reste toute ma vie comme ça, non ?

... Non ?

Je fais de mon mieux, toujours, mais… J’peux pas rester pour toujours comme ça. C’est pas comme ça que ça doit finir, j’veux dire, c’est pas cohérent comme histoire !

Non ?

Je… Je ne sais pas. J’aimerais vraiment qu’avec le temps voilà mais aaaaaaah le temps c’est long.