Effeuille mes rêves

Si y'a bien un truc dont j'ai pas envie, c'est de mettre un titre à cet écrit !

Première matinée sans cours depuis… pffiouuuuuuuuu ! Je compte même plus !

Premier vendredi sans cours difficile. Ça faisait longtemps ça aussi.

  • Du coup, j’en ai profité pour dormir un peu.
  • Pour bouquiner.
  • Pour regarder la fin de une rediff' relax (je m’étais dit "non allez faut bosser maintenant !" hier soir et au final… trop fatiguée, j’avais abandonné ; à blanc donc).
  • Pour faire un peu de tri dans ma valise (le nombre de médocs qui étaient planqués dedans… j’me suis fait peur, sérieux !).
  • Pour rouvrir un de mes carnets.
  • Pour traîner. Me rendre compte qu’en réalité, on est tous pareils, on est tous "les gens", et que c’est super déprimant.
  • Pour flipper un brin en relisant mon écrit d’hier. Je sais que j’ai voulu dire quelque chose, mais… on dirait une psychopathe qui parle.
  • J’ai hâte d’être en weekend. Weekend spécial cinéma, je sais plus si je l’avais dit !  !

    Je pense que je devrais arrêter ce journal intime.
    J’ai pas vraiment d’arguments, mais je ne sais pas. J’m’y sens plus aussi à l’aise qu’à une époque. P’tètre parce que beaucoup sont partis et me manquent. P’tètre parce que… non, j’en sais rien. C’est juste que j’ai l’impression d’être tellement comme tout le monde que polluer le net avec mes bêtises encombre plus qu’autre chose.

    Enfin bref, j’étais supposée bosser ce matin mais sans que je comprenne ce qui s’est passé, il est midi et j’ai rien foutu !

    Du coup, j’me dis que tant qu’à rien faire… autant le faire correctement et m’installer tranquillement jusqu’au moment de partir en cours, non ?

    Ça fait tellement de bien de pas stresser pour un cours difficile. Vous pouvez pas imaginer. Enfin, sûrement que si, mais moi je n’arrivais plus à l’imaginer en tout cas.

    Ma tête est pleine de coton. Comme si j’avais retenu ma respiration trop longtemps.
    Je crois que ne pas savoir gérer ces cours difficiles a de plus grosses conséquences que ce que je croyais. Les Lexomil n’ont pas dû beaucoup m’aider, si on regarde les effets sur le long terme.

    J’ai envie de lâcher la pression pour de bon.

    Au ciné, j’espère, que ça ira mieux. Lalalalalala.