Effeuille mes rêves

"Time's not a friend"

Je suis une m.rde.

Je ne réponds jamais aux questions/encouragements sur mon état de santé parce que personne ne sait à quel point il est moisi. Si je devais être honnête à chaque "ça va ?" tout le monde me fuirait.

Alors j’essaie de relativiser, d’être optimiste, et on croit que je vais mieux.
Mais depuis décembre tout fout le camp.
Depuis que je suis allée aux urgences, je ne cesse de vouloir y retourner et de ne plus partir. D’être enfermée quelque part et de me laisser mourir. Mourir.

J’ai même pas envie de mettre des mots sur cette douleur, mais je suis un Efferalgan qui baigne dans son intérieur. Ses parois visqueuses.

Je me déteste tellement de ne pas parvenir à atteindre mes rêves. Je me maudis, me vomis, me hais tellement. À mesure que mon célibat s’attarde, exponentiellement, je sais que personne ne m’aimera jamais sincèrement et que si je suis seule ce n’est que parce que je suis au fond méprisable et dégueulasse.
On peut croire le contraire, on peut me dire le contraire, je ne change pas d’avis. Je suis à gerber. Je continue à vivre, je continue à faire semblant, je continue à me battre. Mais chaque seconde éveillée est une seconde où j’ai envie de me faire du mal tellement je suis mauvaise.