Effeuille mes rêves

Toujours plus dans la déchéance

Je suis fatiguée de ma déchéance. J’ai l’impression que quelques soient mes efforts, je ne retrouverai jamais la place au soleil… que je n’ai jamais eu.

Le sentiment que tout empire et va bientôt connaître une apogée de misère… Il n’est que plus justifié aujourd’hui.

Comme si tous mes travers allaient s’accentuer. Quand je fais le bilan, maintenant, et qu’après je dois me souvenir que ça va être encore pire… j’ai envie de me tirer une balle.

Alors, oui, je me "complais" dans mon malheur ; si vous voulez. J’ai pris conscience aujourd’hui que je n’avais plus rien à attendre de personne - ce n’est pas un reproche : personne ne me doit rien - et que donc si le regard des autres ne fait que me descendre et que malgré tous mes efforts je ne remonte pas, c’est que j’en ai plus rien à foutre.

Déchéance. Toujours plus forte.

Je coule. Et je n’essaie même plus de nager.

Je devrais peut-être aller voir la psychologue… Je n’ai plus d’argent. Il me faut me retenir assez pour passer la fin du mois. Peut-être le mois prochain. Mais j’aurai un emploi du temps de malade alors je ne sais pas ; et puis de toute façon c’est maintenant que j’ai besoin.

Bon, non, ça va passer.

Je ne rentre plus dans aucun de mes pantalons. Je suis allée en acheter mais j’ai dû me retenir de sortir de la boutique en pleurant parce que même une ou deux tailles au-dessus je ressemble à un sac à patates gélatineux.
Du coup, je n’en ai pris qu’un. Un qui montre à quel point j’ai grossi, qui le souligne, qui le crie : peut-être même que c’est écrit à l’arrière et que je n’ai pas fait gaffe.

Je me suis encore fait plein de films comme quoi j’allais m’en sortir et tout. Que tout allait s’arranger si je tenais encore un peu la distance.

Mais je suis à bout. Complètement essoufflée, j’exagère rien du tout, j’en peux plus. Mais la vie me lâche pas. La vie me lâche pas…

Je sais que c’est dur pour tout le monde. Mais tout le monde s’en sort, tout le monde qui a eu un coup de mou comme moi retrouve un jour la joie de vivre et continue sa vie, aime la vie.
Moi ça ne passe pas. Jamais. Comme une condamnation.

Ça me tue.

Je n’arrive plus à lutter. Je sombre. J’ai la très nette impression qu’on se fout de ma gueule, aussi. Que quelqu’un adore me regarder mourir à petit feu, me torturer. Qu’il m’attrape par les cheveux pour me relever un peu quand je vais trop loin puis qui me laisse m’enfoncer à nouveau.

Et que ça n’en finira jamais, jamais, jamais…

Jamais.

Vous n’avez pas idée de ce que je ferais pour que ce cauchemar s’arrête. Techniquement plus rien puisque je ne me vois pas d’avenir ni d’espoir, mais je donnerais n’importe quoi juste pour que ça s’arrête… pour qu'"il" me laisse tranquille…

Ça va être pire encore… Rhaaaa, je SAIS qu’il faut pas être pessimiste parce que la loi d’attraction machin mais alors POURQUOI quand je suis optimisme, la "loi d’attraction machin" ne fait pas effet ??
Pourquoi ça marche que quand je vais mal ? ?

Je donnerais tout pour un miracle. Parce que les efforts ne suffisent pas. Parce que je dois être le détritus de l’espèce humaine - ceux qui me disent le contraire sont gentils, mais pourquoi je ne m’en sors pas et j’ai mal comme ça si ce n’est pas le cas ?

Je ferais n’importe quoi… j’vais ptètre en arriver à faire n’importe quoi d’ailleurs. Fuguer, tout lâcher, et passer le reste de ma vie à boire sous un pont.
Au moins, je n’aurais plus conscience de rien.

Ce soir, je mange avec mon père au restau.
J’ai honte. D’être dans cet état. Je vais devoir le lui cacher, mais honnêtement ce coup-ci est très très fort alors je sais pas si j’y arriverai.