Effeuille mes rêves

Tout est super génial

Petit détail intéressant.

Dans ma famille (parents et frère), on me répète souvent que je râle. Pas comme un reproche. C’est dit sur le ton de la fatalité. Banalité du quotidien. Je serais une Râleuse.
Cette constatation m’a laissée perplexe. Et m’a blessée. Ils n’ont pas remarqué tous ces efforts que j’ai fait ? Tout le travail que j’ai mis en œuvre et le chemin que j’ai parcouru ?

Ils plaisantent en affirmant que j’ai 14 ans de nouveau parce que je n’aime plus rien. Je ne veux plus regarder la télé, je ne veux plus voir des films qui ne me font pas vraiment envie, je ne mange plus le soir, je ne vois plus personne. Ça m’a fait rire, mais ensuite je leur ai quand même expliqué qu’au contraire je comprends enfin qui je suis. Ce que je veux et où je veux aller. À peu près.

Et que c’est merveilleux.

Je change ce que j’ai envie de changer dans ma vie.
Et effectivement, je m’impatiente devant les obstacles récurrents et immuables (Cathel par exemple). Mais c’est incroyable ! Ce ressenti qu’on a quand on mange plus (+) de cru…
Je me suis fait un McDo, à midi. Faut pas croire que je suis devenue raisonnable ou que j’ai subitement copié un corps de mannequin. Je suis toujours… moi. Mais moi qui a mangé des fruits pendant suffisamment de temps pour que cela vienne à me manquer quand j’arrête.

C’est une sensation incroyable. Comme si c’était le corps qui se régénérait, cette fois. Pareil quand je bois de l’eau.

Je ne fais pas uniquement ce qui est "bien". Je ne fais pas parfaitement les choses. Mais ce que je fais, je le fais pour moi. Et c’est inédit. C’est libérateur !

Mais ils en rient. Pourquoi ? Ils m’enferment dans cette case de râleuse.. que je suis sans aucun doute probablement encore ! Mais tout de même. Le changement ne se fait pas en un claquement de doigts. Et c’est pour cela qu’il est d’autant plus précieux. Il se gagne. Il se créé.

Je me créé. Et tout semble soudainement s’accélérer.

En me relisant, je trouve que je ressemble à ces caricatures de fous dans les films. "Ils disaient que j’étais iiiiiiinsensé, mais c’est faux : je suis un génie !  ! !".

Ça me fait rire. Pas grave. J’ai l’impression de voir au-delà. Quand tout le monde (autour de moi je veux dire ; pas en général) se moque du chant d’opéra, j’entends l’extase. Et je ne comprends pas qu’on ne l’accepte pas.