Effeuille mes rêves

Trois

Cette année, je sens qu’il y a un cap de passé.
C’est peut-être le chiffre trois. Sûrement. La barrière qui me semblait infranchissable il y a quatre ans.

J’espère que je ne me trompe pas. Que cette fois les choses vont être réellement différentes.

J’étais tellement obnubilée par mon travail, auparavant, que pendant tout ce temps les efforts à fournir - et je parle de la pureté/dureté de l’effort continu en lui-même, pas du regard rétrospectif que j’ai pu lui lancer par la suite - que j’ai raté plein de choses à côté. Des choses cruciales. Des petits plaisirs de la vie quotidienne qui la rendent vivante tout simplement.

Pour ce "nouveau départ" (c’est un peu exagéré mais bon au moins ça marque le coup), je veux vraiment que ça change. Gracieusement.
Je ne dis pas que tout va se modifier et se bouleverser comme ça en un claquement de doigt (c’est l’erreur la plus courante et récurrente que j’aie faite jusqu’à présent) mais je vais m’autoriser à vivre pour de vrai, et non plus focaliser 100% de mon attention et de mon énergie sur un seul et unique objectif.
Bien sûr que je vais travailler. Beaucoup, parce que c’est le prix à payer pour réussir. Mais je ne laisserai pas le travail être ma seule raison de vivre. J’ai cru je ne sais pas pourquoi à un moment qu’il fallait choisir entre la vie interne et la vie externe - et vu l’état de ma vie intérieure, le choix a été vite fait. Mais c’est évident que c’est faux.

Heureusement qu’on grandit pour se rendre compte de ce genre de choses. Se rendre compte des croyances qui ont germé comme de la mauvaise herbe. Et qu’on apprend à se munir de gants épais pour les arracher.

Autre chose : ma vue se détériore de plus en plus. C’est vraiment de pire en pire. Ça me fait flipper. Jusqu’où va-t-elle descendre ?
Jusqu’à quel point verrai-je toujours flou "au naturel" ?

J’ai vu "Jack et la mécanique du cœur" il y a pas longtemps. Du coup, à cause de ce défaut commun, j’ai eu beaucoup de tendresse pour Miss Acacia. Mais bon, je ne lui ressemble pas vraiment.