Effeuille mes rêves

Une femme honnête

Dans 6 jours : le mariage.

Je stresse autant que si je m’attendais à ce qu’on me dise au dernier moment : "Ah mais viens là, toi, c’est toi qu’on marie en fait ; haha !".

Haha. Amuse-toi à faire ça…

Non mais vraiment je me sens super mal.
Je vais essayer de me changer les idées et tout jusqu’à vendredi où je me renseignerai sur des trucs comme le trajet ou quoi…

Mais bon, pfffff, je me sens obligée d’y aller. Et je déteste ce sentiment.
Obligée de mettre une robe (heureusement j’en ai une qui date de l’an 0 mais qui est mettable, du moins j’espère parce qu’elle est rouge et qu’il paraît que c’est pas une couleur pour un mariage MAIS BREF).
Obligée de me maquiller.
Obligée de me tenir droite. J’ai l’impression d’entendre toutes les grands-mères des siècles passés me souffler à l’oreille : "Souris, c’est l’occasion idéale pour te trouver un mari à ton tour". Comme un retour forcé à l’époque où c’était la seule chose qui importait. Horrible.
Obligée de boire sans faire de bruit. Le problème c’est que plus j’essaie, ET MOINS J’Y ARRIVE. Je ne suis pas sortable en société, c’est vraiment pas une blague !

J’ai l’impression que c’est un guet-apens. Un piège.

Les conventions sociales ça CRAINT. Je sais par exemple que je n’aurai pas le droit de me lever en plein milieu de la cérémonie pour faire pipi. Alors ça ne m’arrivera pas, parce que je ne fais pas partie de celles qui ont une vessie en papier mâché, mais quand même. Savoir que je ne peux pas, ça m’oppresse.
Dans un contexte plus réaliste : si je fais une crise d’angoisse à cause de l’ambiance mariage qui me terrorise, je ne pourrai pas sortir prendre l’air.

Et faut applaudir ou pas pendant un mariage ?

Genre quand le prêtre dit "je vous déclare mari et femme", on fait une holà ? Je ne sais paaaaaaas !

ET LA MUSIQUE SUR LAQUELLE MARCHE LA MARIÉE. Elle me fait frissonner de peur quand je l’entends SANS me trouver dans une église, alors à l’intérieur…

J’ai jamais été à un mariage. Et je n’ai jamais imaginé que j’irais un jour ! Je ne suis pas prête psychologiquement.

Sonny j’espérais que ça serait dans plus longtemps, que j’aurais le temps de trouver une parade. Et les ami(e)s… Je ne pensais pas compter au point de devoir assister au mariage de qui que ce soit un jour.

Les seules que j’aie vues ce sont les cérémonies qu’on voit dans les films/séries. La dernière que j’ai regardé, tout le monde se faisait massacrer par le fœtus que porte la en-cours-d’être-mariée. C’est encourageant.
(Ce n’était même pas un film/série horrifique. C’était du fantastique. Youhou.)

Je me relis parfois et… j’avoue, j’ai honte de ce que j’écris. J’ai honte de certaines choses pour lesquelles je chouine. Honte pour d’autres à propos desquelles je suis incohérente (dissociation entre ce que je pense de la situation, chez les autres par exemple, et ce que je fais), etc.
Mais cette fois, je n’effacerai pas mon journal. C’est ça : grandir. C’est apprendre à être soi. Et il faut à un moment se faire à l’idée qu’on n’est pas parfaits, qu’on ne peut pas contrôler ses défauts. Qu’on ne construit pas son image à 100%, sauf quand c’est notre métier - et encore, les dérapages ça arrive sans prévenir.

Je ne sais pas si c’est une bonne idée de donner de moi sur le net, comme ça. Mais c’est devenu une addiction.