Effeuille mes rêves

Une note d'espoir

Ça va juste trop trop bien en ce moment, c’est incroyable !

J’ai limite honte de l’écrire ici, en sachant que certaines personnes dans le monde vivent le même calvaire que celui dont je viens à peine de m’extraire. Et que ma joie… je ne voudrais pas que ma joie leur fasse croire que tout est perdu pour eux (quand la situation était inversée, je me persuadais beaucoup trop facilement que c’était le cas...).

Donc avant de parler de ça, je voudrais leur envoyer une pensée amicale. Sincèrement. Pour donner un exemple sur quelque chose que je connais, je vais prendre mon cas : ça a pris plusieurs années, sans aucun répit, mais j’y suis parvenue. Je ne sais pas comment, mais ça s’est fait. Je n’ai pas eu un comportement irréprochable, mais ça s’est fait.

Le seul truc auquel j’ai essayé de me tenir sans déviance, ça a été d’être fidèle à moi-même. À ce que je ressens.
À agir avec moi comme si j’étais ma meilleure amie. Même si bon, des fois j’ai pas franchement été à la hauteur.

Fallait que je vienne le dire. Je ne veux pas frimer en disant que je suis la plus heureuse du monde, je ne suis à vrai dire pas sûre d’être complètement heureuse… mais dans le doute, je dirai que oui.
Après tout ce que j’ai traversé… c’est peut-être pas fini, hein, j’ai parfaitement conscience que ce genre de bataille se livre sur un laps de temps colossal. Mais c’est juste une raison de plus pour célébrer ! Célébrer le fait que c’est possible. Pour tout le monde. Qu’il ne faut pas baisser les bras, qu’il faut juste se soigner, prendre soin de soi, à l’échelle dont on se sent capable.

J’aimerais donner de cette sérénité à tout le monde ! Tous ceux et celles qui me lisent ! J’ai l’impression que ça fait deux siècles que je ne me suis pas sentie comme ça. Ce sont de véritables vacances, et bon sang ce que ça fait du bien !
Hier je suis allée me baigner, et je me sentais tellement… apaisée. Pleine de vie. Je n’arrêtais pas de me répéter que j’aime ma vie. Je peux carrément dire qu’en ce moment je l’adore !
C’est vrai que je ne vis pas des trucs de fou, que je ne peux pas réellement parler de ce que je fais en général à d’autres personnes parce qu’il n’y a rien à raconter, pour une vue de l’extérieur, et parce que je suis du genre solitaire (j’ai vu Vanina depuis le début du mois et c’est tout) et que même si j’apprécie sincèrement mes amis bah j’ai besoin de ces moments avec moi-même, récurrents... Oui, c’est ça la vérité.

Mais ça n’empêche pas que ce que je vis moi à l’intérieur... bah ça me plaît !

Merci à tous ceux et celles qui me lisent. Qui sont là même quand je ne le sais pas. Je vous embrasse fort !