Effeuille mes rêves

Une part

Vraiment bizarre.

Après l’immersion professionnelle de ce matin, j’avais prévu de voir Vanina. Je n’avais juste pas eu le cœur à refuser une nouvelle sortie. Elle me manquait vraiment. Alors on s’est arrangées pour manger ensemble et voir un film.

Si je ne regrette pas d’être sortie et de l’avoir revue - car je l’adore ! - j’ai ressenti… enfin, non, j’ai pensé… Enfin, non.

Je ne sais pas exactement comment expliquer ça. Je suis contente d’avoir passé ce moment avec elle, et quand j’en aurai fini avec l’école ce sera avec plaisir que je la reverrai !
Mais, je me sens… Je ne sais pas. Différente. Dans mes besoins, je veux dire. Je me suis sentie à plusieurs reprises très mal à l’aise, car la personne que je suis en public ne correspond pas exactement à celle que je suis quand je suis seule. Il me semble que c’est normal, mais… Je n’aime vraiment pas cette partie de moi. Je ne me sens entière que lorsque je suis complètement seule.

Et je ne sais pas si c’est sain. Ça ne me dérange pas, dans l’absolu. Mais je trouve ça triste de ne jamais être soi-même en présence d’autrui - sa propre famille parfois (même si la plupart du temps, avec eux, ça va bien).

J’avais juste envie de l’écrire. Je ne comprends pas pourquoi seules des platitudes sortent de ma bouche quand je suis à l’extérieur. Si j’étais parfaitement intègre, je préciserais "Non, ce n’est pas ce que je pense ; voici en fait ce que j’ai en tête..." jusqu’à trouver la bonne formulation.

Sauf que ça agacerait vite le plus sage des êtres.Fatiguerait et saoulerait tout le monde. Alors faut assumer. Mais quelle est cette part de moi qui sort des propos qui ne me correspondent pas ? C’est la même qui prend les rennes des immersions professionnelles… Pas une part que j’apprécie beaucoup, donc.