Effeuille mes rêves

Usante

Complètement à côté de mes pompes.

Cette question m’obsède : où est ma place ? ?

J’ai envie de me tailler les veines. J’ai supporté tout ça pour rien, j’ai fait toutes ces démarches pour rien… Ma vie n’est plus rien.
Et ces mille et une questions qui tournent dans ma tête… Aucun moyen de trouver une réponse concrète, RIEN.

Comment est-ce que je peux savoir si c’est ma voie ?
C’est un parcours difficile, ce n’est pas une nouveauté, alors comment savoir si je ne suis pas simplement en plein dans la phase dure mais que je m’épanouirai une fois que toute cette merde sera passée ?

Je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas… Et si j’abandonnais pour regretter dans quelques années ?

Je me suis disputée avec ma mère hier.... Je suis trop conne. Elle a dit la phrase que je ne supporte pas d’entendre et ça m’a fait péter un câble. "Sois pas défaitiste". Je me suis mise à hurler, c’était plus fort que moi. Voyez où l’optimisme m’a conduite, avant-hier, moi qui étais persuadée que ma rentrée allait bien se passer et que mes problèmes allaient rentrer dans l’ordre ; j’y ai cru et ça m’a fait plus de mal qu’autre chose.
L’optimisme, ce n’est qu’une belle connerie.
Je n’ai plus personne à qui parler. J’ai usé tous ceux qui ont eu la bonté de m’écouter, étant donné que je radote et que je ne trouve aucune solution. Mon angoisse est si intense. Ma mère est partie en dépression à cause de moi - je sais pas si vous vous rendez compte ? ! Bien sûr, elle a des soucis importants au boulot et ailleurs dans sa vie mais je n’ai pas arrangé les choses, au contraire.

J’ai envie de me tuer, de me tuer, de me tuer. Mais je n’oserai jamais. Je me demande si je ne devrais pas changer de psychologue ; je l’aime vraiment bien mais je n’ai pas fait de progrès, finalement.

Ma vie est foutue. C’est l’idée qui tourne en boucle dans ma tête. J’essaie de trouver une solution à ce calvaire, je fais des recherches pour savoir où je pourrais me réorienter, mais je n’arrive à rien de concluant…

Je veux mourir.