Effeuille mes rêves

Vacances, pitié

Super fatiguée.

J’aimerais tellement pouvoir m’arrêter de bosser. Tellement… J’en peux plus.

Je fais que ça de ma vie, en fait.
Ma vie est concentrée autour de mes études. J’ai pas un cerveau ultra-performant, alors c’est un sacrifice que je me dois de faire si je veux réussir, mais y’a des jours où ça me pèse vraiment ce rythme…

Je reprends dix fois mes phrases, c’est du n’importe quoi, je n’arrive pas à les tourner de manière intelligible.

Je crois que je me suis tellement focalisée sur mon oral d’avant-hier que je n’ai pas vu la quantité de boulot astronomique qui m’attendait ensuite. C’est effarant. Je ne sais pas comment je vais m’en sortir, plus je bosse et plus j’ai l’impression qu’il faut en faire. C’est comme si je me noyais dans mes cours.

Certains sont particulièrement chiants, en plus.

Vraiment, aujourd’hui je suis crevée, j’ai pas la tête à bûcher ! Mais j’ai tellement pas le choix.
Ça me surgonfle.
Je déteste bosser dans ces conditions. Je n’y arrive tout simplement pas.

Sous pression, je ne suis pas… j’ai oublié le mot mais j’ai la flemme de reprendre ma phrase. PRODUCTIVE, voilà c’est ça !

Mon objectif "zéro rattrapages" est dangereusement compromis. Ça me déprime. Je fais de mon mieux, bien sûr, je ne lâche pas, mais je crains les résultats.

Non et puis j’ai tellement de choses à faire pendant les vacances ! Non, c’est sûr, je n’en veux pas de ces rattrapages !

Si le génie des gros cerveaux passe par là…

Allez, je m’y remets !