Effeuille mes rêves

"Votre nouvelle vie commence maintenant"

Première séance d’hypnose aujourd’hui !

Je n’ai rien ressenti de spécial. Après coup, j’me suis demandé si ça avait marché. Malgré ça, je reste convaincue que cela va m’aider. Oui. Je suis fière de continuer à me battre, fière de poursuivre inlassablement ma quête de solutions et de guérison surtout. J’aime bien ma nouvelle thérapeute. Je devrais la revoir environ cinq fois encore, la prochaine c’est le 30.
Au début de la séance, elle m’a posé des questions. Sur un peu tout. Mon âge, ma date de naissance, mes études, ma vie amoureuse… Quand elle m’a demandé le motif de ma consultation, je lui ai parlé de mon absence de confiance - et surtout d’estime - pour moi. Elle a hoché la tête ; dès cet instant j’ai su qu’elle allait pouvoir m’aider. Je me suis sentie rassurée, prise en charge. Cette réaction m’a fait du bien car j’ai eu l’impression que cette fois des moyens forts allaient être mis en place pour que je puisse m’en sortir. Je ne dis pas que les autres praticiens s’en foutaient, mais j’ai dû noter qu’ils avaient l’air assez impuissants en quelque sorte à chaque fois que je les questionnais sur ce sujet. L’hypnologue avait l’air de savoir ce qu’elle faisait. J’ai une copine à l’école qui déjà consulter, aussi, même si ce n’était pas la même personne, mais je sais que c’était pour la même raison ; je suppose que c’est une demande récurrente.

J’étais assise en face de la thérapeute pendant la session. Je fermais les yeux et j’écoutais sa voix. Tout simplement. Je me doutais que ça se passerait comme ça, mais mon père m’a pressée de questions en riant car il s’était imaginé tout un scénario avec tous les clichés qu’on peut trouver dans les films. Il m’a bien faite rire moi aussi d’ailleurs !

Je me souviens que mes pensées étaient agitées pendant la séance. Pas tellement plus que d’habitude, soi dit en passant, mais suffisemment pour que je craigne des "interférences" avec le "travail de mon inconscient". M’enfin bon, de toute façon c’est pas comme si ç’avait été l’unique session de ma vie et ma toute dernière chance.
Laisson du temps au temps. L’hypnologue m’a d’ailleurs dit que les résultats se manifesteront par les futurs évènements de ma vie - je pense qu’elle a voulu dire que j’allais attirer de bonnes choses à moi en étant mieux dans ma peau - et qu’elle/on plantait les graines du changement qui allaient germer toutes seules. C’est exactement ce que j’espérais. Elle m’a aussi appris que j’étais selon elle très réceptive à l’hypnose ; je ne sais pas si c’est vrai mais bon pourquoi pas !
Je me rappelle aussi d’un moment où elle dissertait sur le vif sur sujet, le fait de parvenir à m’accepter, et que j’avais l’image d’une rose en tête, une image du genre tenace. Et puis juste après, elle s’est mise à me raconter l’histoire d’une rose (une métaphore sur ses difficultés à s’épanouir etc qui finissait bien mais bref !). Ça m’a plu.

Vers la fin de la séance, pendant que je m’étirais, elle m’a aussi dit qu’elle ne doutait pas que j’allais rencontrer quelqu’un. Ça aussi ça m’a fait beaucoup plaisir. Et je suis persuadée qu’elle ne disait pas ça pour me flatter, mais parce qu’elle le pensait.
J’avais pas eu confiance en l’avenir de cette manière depuis un bon bout de temps !

Sinon, ce matin j’ai couru et comme d’habitude je n’ai pas été contente de moi. Mon père m’encourage et me félicite pourtant - et de sa part, ça n’est pas rien. Alors ça me réconforte malgré tout.

Au fait, c’est officiel : la semaine prochaine on part deux jours au parc Astérix ! ! C’est exactement ce dont je rêvais depuis… depuis avril !! ! J’ai tellement hâte ! Ça me rend heureuse d’y penser.

Cet après-midi je suis allée acheté des brumisateurs. J’en avais déjà pris pour mon père, mon frère et moi, mais cette fois je voulais en offrir à ma mère, mon grand-père et ma grand-mère. Ma mère était au travail donc j’ai laissé le sien chez elle avec un petit mot, mais heureusement mes grands-parents étaient là. J’avais vraiment envie de leur faire une bonne visite surprise, la tête qu’a fait ma grand-mère en me voyant sur le pas de la porte valait vraiment le détour.
J’envisageais de renouer ainsi le contact depuis un certain temps. Elle a tendance à dramatiser les derniers évènements (l’accident cardiaque de mon oncle, le bac raté de mon frère, la déprime inquiétante de ma mère...) et à s’accrocher à nous par textos de manière un peu désespérée - ce qui a ralenti mon projet - mais je n’ai jamais eu l’intention de l’abandonner. Je le lui ai d’ailleurs écrit l’autre jour et elle m’a dit qu’elle en avait été très touchée.

J’avoue que la seule ombre à ce tableau du jour, c’est que je n’ai pas bien révisé. J’ai bâclé mes quatre muscles du jour ; j’ai un peu de retard depuis quelques temps en fait. Moins de motivation. Parfois, j’ai l’impression que j’ai fait le mauvais choix, que ce n’est pas sur mes cours de première année (pourtant importants) que j’aurais dû me concentrer. Mais bon. Je vais aller au bout du truc et voir ce qu’il en restera.