Effeuille mes rêves

"Vous venez d'entrer dans la quatrième dimension"

Je viens de vivre une expérience cosmique.

Pour la première fois de ma vie, y’a un ascenseur dans ma résidence ! Bien motivée pour essayer de me tenir en forme, j’évite de le prendre en général mais quand je veux descendre la poubelle je n’ai pas le choix parce que le local est au niveau - 2.
Et cet ascenseur, il fait flipper. C’est le genre moderne vieillot, petit, plein de graffitis, brinquebalant, bizarre. Le genre à vous regarder de haut quand vous le prenez, mais en cachette.

Le genre roulette russe : "Heyyyy je sais pas quand j’vais lâcher mais teeeeeente le voyaaaaage !".

Bref, et pour descendre ma poubelle aujourd’hui, j’ai eu la flemme de mettre mes chaussures. Donc j’y suis allé en chaussettes.

C’est idiot de venir l’écrire ici mais c’était ouf ! Je sentais toutes les vibrations de l’ascenseur (j’ai bien flippé au début, j’ai cru qu’il allait lâcher comme dans l’attraction Disney - mais en même temps j’étais toute excitée par cette idée, vu que j’adore le manège - aucun instinct de conservation j’vous dis).
J’avais l’impression de danser sur les paroles de quelqu’un. Bon peut-être que mes médocs me montent au cerveau et pharmacologiquement me classent dans la catégorie toxico mais c’était drôle !

Hum. Pour en revenir brièvement sur hier, j’écrivais depuis mon téléphone et j’avais peur parce que la crise montait montait montait et je n’avais nulle part où me replier pour me calmer.
Le nouveau directeur passait dans les couloirs et réprimandaient ceux qui ne bossaient pas. Vu mon état, j’ai eu peur qu’il me gueule dessus, j’aurais implosé sinon.

Une prof m’a aidée. Je lui ai demandé de l’aider, pour être exacte, et c’était étrange mais elle a réussi à m’apaiser. En me parlant calmement, tout simplement, sur un ton rassuré et en posant une main sur mon bras. Je tremblais comme une feuille.