Effeuille mes rêves

Y'avait une chouette

Je ne me souviens que d’un détail bizarre dans mon rêve. Je tentais de gagner la confiance de quelqu’un, c’était important et je galérais, jusqu’au moment où j’apprenais qu’il s’était scarifié : je lui montrais alors mes propres cicatrices, avec un sourire ce qu’il faut de gêné, et on se sentait tous les deux compris. Face à un semblable.

Ça vient de me revenir. J’ai dû inspecter mon bras, histoire d’être sûre. Mais les cicatrices ne sont plus là, pour de bon.
En plus, dans mon rêve, c’était le mauvais bras.

Le sens du rêve ne m’échappe pas vraiment, c’est plus l’identité de la personne dont il est question qui me pose problème. Et le pourquoi : pourquoi j’aurais besoin de parler à quelqu’un (un inconnu) de ça ? C’était un garçon. Je ne me rappelle que de ça. Je ne crois pas que c’était quelqu’un que j’aie encore rencontré de toute façon…

Ce serait formidable si mes rêves pouvaient réellement me guider dans ma vie. J’en aurais bien besoin !

Y’avait peut-être aussi une chouette quelque part. Le symbole de la sagesse, c’est ça ? Je ne me sens pas vraiment sage. Je me sens… perdue, comme d’habitude. Je crois qu’on devient vraiment adulte quand on arrête de se sentir comme ça. Bien sûr on est jamais sûr de tout à 100%, mais j’imagine que normalement on n’est pas toujours à l’ouest comme je le suis. Qu’on sait plus ou moins où on va, même si ça reste des objectifs… objectifs.
Qu’on n’est pas sous cachets et qu’on ne se tape pas des crises d’angoisse ou des crises de nerfs pour un rien, de toute façon à la base.

J’ai l’impression d’avoir vécu mille ans mais d’avoir l’expérience d’une petite fille de trois ans.